Le Cours Des Choses

#lemondequivient L’époque est mutante. Il faut changer le concept même de média, inventer du neuf. lecoursdeschoses.net, site d’informations en général (et pas seulement), sera irrigué d’histoires à ne pas dormir debout. Et quitte à s’indigner lorsque nécessaire, avant tout : raconter le monde qui va bien.

#laphotodu_22_04_19

Photo Souhil B.

Daté de février 2019, un rapport du sociologue sociologue Belkacem Mostefaoui pour «Generation What ? Algérie», évoqué par le quotidien El Watan, le 18 avril, dresse un portrait  de la jeunesse algérienne (18-24 ans) qui est  le cœur battant de la contestation..

L’un des thèmes majeurs abordés dans cette enquête porte sur la place du religieux dans la cité. D’après Mostefaoui, deux tiers des jeunes interrogés sont contre l’interférence des religieux dans la vie politique (63% pour les filles et 67% côté garçons) : très majoritairement, la jeunesse algérienne approuve la séparation de la religion et de l’Etat.(…) La jeunesse algérienne veut mettre très majoritairement à distance le religieux dans l’espace politique. Rappelons qu’en 1991 (…), le FIS avait réuni 44% des voix au premier tour. Une page a été définitivement tournée, même si un gros tiers de la jeunesse reste désireuse de voir les religieux intervenir dans la vie politique du pays.»

print